La lésion cérébrale acquise

Une lésion cérébrale acquise, qu’est-ce que c’est ?

C’est une blessure au cerveau subie au court de la vie. Une lésion cérébrale acquise est à différencier des lésions cérébrales de naissances ou des maladies dégénératives telles qu’Alzheimer.

Une Lésion cérébrale peut avoir de multiples causes

Elle peut résulter d’un traumatisme crânien, soit un choc violent à la tête, mais elle a aussi de nombreuses causes non-traumatiques, la plus connue d’entre elles étant sans doute l’accident vasculaire cérébral (AVC). Les intoxications, les anoxies cérébrales, les tumeurs cérébrales, les hémorragies, …

Le traumatisme crânien

Le traumatisme crânien est un coup violent porté à la tête ou une pénétration de la boîte crânienne. Les TC sont souvent dus à des accidents de la voie publique (accidents de voiture, mais aussi des accidents de sport (vélo, ski, cheval, …) ou du travail (chute de la personne, chute d’un objet sur la tête, …).

Il n’est pas toujours nécessaire que la tête entre en collision avec un obstacle pour créer une lésion cérébrale, les lésions sont provoquées par l’accélération ou la décélération du cerveau à l’intérieur de la boite crânienne. Avec le choc le cerveau est violemment projeté contre la boite crânienne, en avant et en arrière, ce qui peut provoquer des dommages. Premièrement, parce que le cerveau qui est « mou » rencontre un obstacle très dure. Ensuite, il se peut aussi que des tensions, des cassures et des torsions surviennent au sein du tissu cérébral suite à ce déplacement brutal du cerveau.

Des commotions cérébrales répétées, telle qu’on peut les observer en boxe, peuvent aussi être la source de lésions cérébrales irréversibles.

 

On distingue différents degrés de sévérité dans les traumatismes crâniens :

  • Le traumatisme crânien léger n’est pas toujours accompagné d’une perte de connaissance. Si il y a perte de connaissance, elle sera très courte (- 1h). Elle peut s’accompagner d’une légère amnésie, souvent ce sont les souvenirs du traumatisme lui-même et ceux des moments qui ont suivi qui ne s’affichent plus. Généralement, cela n’excède pas 24h. Moins de 10% des personnes ayant subi un TC léger gardent des séquelles au bout de 3/6 mois
  • Le traumatisme crânien sévère se traduit par une période de coma qui peut durer plusieurs jours, voire plusieurs semaines. Le risque de séquelles, tant cognitives que physique est très important. 14 % des personnes ayant subi un traumatisme crânien sévère garderont des séquelles graves et invalidantes.
  • Entre les deux, il y a le traumatisme crânien modéré.
  • la sévérité d’un traumatisme crânien  se calcule grâce  l’échelle de Glasgow.

 

Les lésions cérébrales acquises non-traumatiques

Elles peuvent avoir diverses origines. Parmi les plus courantes l’AVC (seconde cause décès dans le monde)

Les accidents vasculaires cérébraux représentent la première cause de handicap chez la personne adulte.

On note deux types d’accidents vasculaires cérébraux différents : les AVC ischémiques et les AVC hémorragiques

  • L’AVC ischémique est provoqué par un caillot qui empêche la bonne circulation du sang dans un vaisseau sanguin. Parfois elle est même interrompue tant le caillot est important. Si le caillot se forme directement dans le cerveau, on parlera de thrombose. Si par contre il se forme ailleurs dans le corps, mais parvient au cerveau via les artères, on parlera d’une embolie (AVC embolique). L’AVC ischémique, qu’il soit thrombotique ou embolique, représente plus de 80% des accidents vasculaires cérébraux.
  • L’AVC hémorragique est lui dû à une rupture d’un vaisseau sanguin provocant une hémorragie à l’intérieur du cerveau. Le sang inonde alors le cerveau et la boite crânienne, mais comme il ne trouve pas d’échappatoire, il compresse le cerveau, augmentant par la même occasion la pression intracrânienne. L’accident vasculaire cérébral hémorragique concerne 20% des accidents vasculaires.

Un anévrisme, c’est création d’une petite poche de sang dans une artère. Il arrive qu’elle se rompe, consécutivement à un traumatisme par exemple. Dans 10% des cas, l’AVC est dû à la rupture d’un anévrisme.

Une malformation des vaisseaux sanguins du cerveau, présente le plus souvent dès la naissance, augmente les risques d’AVC hémorragique.

Enfin, l’anoxie, les tumeurs cérébrales, les causes toxiques (abus de drogues, alcool, médicament ou de produits toxiques), ou infectieuses (très rare), sont à compter parmi les facteurs de lésion cérébrale acquise.